Follow:
Accueil, Les regarder grandir, Ma life, Parentalité, Un peu de moi

Demain je te lâche la main….

rentree-des-classes-maternelle

Demain, tu fais ta 1ère rentrée à l’école. Nous t’y préparons depuis deux mois déjà. Et moi également…

Je pense que tu es bien « entraîné », tu as bien intégré l’idée d’aller à l’école « après les vacances ». Demain, nous allons te réveiller, nous allons te dire que ce grand jour est arrivé, tu vas t’habiller et je t’emmènerai. Avant cette grande étape, j’ai prévu d’aller au parc juste à côté afin d’avoir une dernière occasion de partager seule un moment avec toi Mon Grand Tout Petit.

Je vais t’observer en me disant que tu n’es plus un bébé (quand même un petit peu hein), qu’il va falloir te faire un place parmi tous les autres enfants et qu’il ne faudra pas te laisser faire. De mon côté, je vais faire semblant d’être enthousiaste en t’assurant que cette journée sera super géniale, et en faisant surtout en sorte de ne pas te montrer mon inquiétude et ma tristesse.

Car oui, cette rentrée me rend terriblement triste. Petite, j’ai toujours détesté cette période et à son approche ce ressentiment a ressurgit il y a quelques semaines. Septembre sonne la fin de l’été et fixe le point de départ des contraintes horaires, un peu la fin de la liberté. Si petit, et déjà obligé de suivre un rythme effréné dés le matin. Pfffffiou.

Mais il paraît que l’école va te faire un bien fou, que tu vas même sans doute t’y éclater et t’y faire un max de copains. Je compte sur toi pour en être convaincue et me rappeler son lot de merveilleuses découvertes que tu feras.

Une petite descente de toboggan plus tard, il sera l’heure et en moins de 3 minutes nous serons arrivés à ton école. Je ne saurai pas où est ta classe, nous découvrirons cela ensemble. Je vais t’aider à déposer ton petit sac, tu diras bonjour à la Maîtresse et puis nous verrons bien.

Je sais que tu as besoin d’être rassuré sur le fait de savoir que nous viendrons te chercher « tout à l’heure », donc je vais te le répéter…autant de fois qu’il le faudra. Je pense que tu ne pleureras pas…sauf peut-être si tes camarades pleurent déjà à ton arrivée. Je vais t’expliquer que je dois partir travailler et je vais m’éclipser. En priant très fort pour que tu ne pleures pas. Tu ne pleure jamais quand l’un de nous, ton Papa ou moi partons. S’il te plait mon Chéri, ne pleure pas demain.

Ne pleure pas car je ne pourrais rien faire, si ce n’est pleurer avec toi.

Demain je te lâche la main et sache que j’y suis autant contrainte que toi…..

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Share:
Previous Post Next Post

You may also like

1 Comment

  • Reply Agathe

    Très bel article !

    1 septembre 2014 at 13 h 40 min
  • Leave a Reply