Follow:
Accueil, Ma life, Parentalité, Un peu de moi

J’aime Paris, un peu beaucoup, à la folie, et parfois pas du tout…

paris-montmartre-sacrécoeur

Je ne suis pas une vraie Parisienne mais plutôt une Parisienne d’adoption. Arrivée pour y terminer mes études, c’est en toute logique que ma 1ère expérience professionnelle a suivie, puis la seconde, et me voilà Parisienne depuis presque 15 ans maintenant.

Dès mon arrivée dans la Capitale, j’ai eu la chance de pouvoir habiter non seulement dans Paris mais surtout à quelques stations de métro de mon école, épargnant ainsi à la jeune et naïve provinciale que j’étais le choc des transports bondés et des couloirs de métros interminables.

Mon studio avait un petit balcon et une grande baie vitrée qui donnait sur les toits de Paris, c’était beau, c’était chouette, disons que dans de telles conditions, ma 1ère rencontre avec Paris s’est faite en douceur.

Puis vint le temps d’un 1er déménagement qui me permis non seulement de traverser la Seine mais surtout de me rapprocher de ma meilleure amie, fraichement débarquée d’Angleterre,

2nd déménagement quelques années plus tard à quelques rues pour grappiller quelques m2 supplémentaires, puis un 3ème pour accéder au « luxe » d’avoir une chambre séparée.

Et puis un jour, habiter dans 30m2 à 30 ans, gagner pourtant un salaire honorable et devoir limiter le nombre de convives le samedi soir à cause d’un salon-cuisine de 12m2 commence à vous interpeller…

Une petite voix intérieure fait alors écho à ce moment là : « Ah si j’habitais en province, j’aurais un vrai salon et une vraie cuisine, des meubles, un appartement digne de ce nom quoi ! », à partir de là t’es un peu foutue….

En province habiter seule dans 50m2, est somme toute assez banal, tandis qu’à Paris la normalité c’est plutôt d’être au moins 2 voire 3 dans 50m2 (souvent : un couple + un enfant),

A-t-on idée en province de sacrifier une partie de son salon pour y monter un mur afin de permettre d’aménager une chambre supplémentaire pour le bambino à naître ?

Si l’étape de dormir dans une vraie chambre après avoir passé quelques années à dormir dans son salon sur un clic lac est franchie, reste alors à franchir celle pour habiter dans un 3 pièces….

Tout ça pour dire qu’à Paris, le logement est LE sujet n°1 des Parisiens, souci majeur que les Provinciaux ont sans doute également à Nantes, Lyon, Marseille mais dans une moindre mesure quand même.

En province, pas de course à l’échalote pour dégoter un appartement, pas de queue interminable dans la cage d’escalier pour le visiter et avoir la chance de déposer un dossier dans lequel ton salaire devra à minima couvrir 3 fois le loyer et contenir une caution suffisamment solide pour convaincre le propriétaire que tu es un locataire de confiance.

A Paris, ta réactivité pour obtenir un logement doit être sans faille.

Aujourd’hui, à 3, nous avons la chance d’habiter dans un appartement de 75m2 en plein cœur de Paris, ce qui représente une belle surface. En province notre loyer serait divisé par deux et pour le prix de notre loyer actuel nous aurions 200m2…Glups, triste réalité….

Il faut être Parisien pour subir (et accepter) cette cruelle différence de cadre de vie, et il faut l’être aussi pour comprendre pourquoi nous l’acceptons finalement,

Nous aurions pu faire le choix bien évidement de nous «expatrier » en périphérie, mais ce « luxe » de n’habiter qu’à 30 min de notre lieu de travail, de pouvoir s’y rendre en bus, voire à pieds en cas de grève, nous ne sommes pas encore prêts à y renoncer.

Je vous passe ainsi le sujet des transports qu’en tant que Parisienne habitant dans Paris j’ai la chance de ne pas subir.

Provinciaux/Parisiens n’ont pas le même mode de vie, et ce n’est pas un cliché snobinard de ma part de le penser,

Les uns ont-ils plus de chance que les autres ? Les Parisiens ne sont pas forcément tous des bobos marchant à pieds joints dans les crottes de chien, et les Provinciaux ne circulent pas tous forcément en tracteur pour se rendre en centre-ville mais disons que nous n’appréhendons pas notre ville de la même façon voilà tout.

Voilà ce qu’il ressort de mon vécu de Provinciale Parisienne :

Tu sais que tu vis à Paris quand :

  • Tu as un sanibroyeur dans ton studio situé au dernier étage sans ascenseur (une fois cette expérience passée, ta 1ère exigence quand tu chercheras un nouvel appart’ sera  d’avoir de VRAIES toilettes),
  • Tu hallucines, quand par un heureux hasard tu passes vers 16h30 dans un Square riquiqui bondé, nounous et enfants sont clonés et demultipliés, ça fait peur, tu te jures que ton enfant ne connaîtra pas cette faune urbaine. (Et pourtant si, il s’y rendra lui aussi avec sa nounou)
  • Tu conchies ta porte cochère à chaque fois que tu rentres ou sors de chez toi avec ta poussette parce qu’il te faut tenir la porte ouverte avec les fesses, franchir le pas de la porte en soulevant la poussette et veiller à ce que bébé soit bien accroché, à défaut tu te dis qu’il va manger le trottoir, rouler et se faire écraser par le bus.
  • Dans ta vie sans enfant, tu te décides par un dimanche ensoleillé d’aller faire une ballade en Vélib’, ton idée était saugrenue, il n’en reste toujours que deux de dispo à la borne : un qui a une roue crevée et l’autre qui n’a plus de selle,
  • Tu emmènes ton fils de 15 mois chez le coiffeur et que la coupe te coûte entre 23€,
  • Tu joues des coudes avec ton caddie dans les allées du Carrefour Market parce que là aussi l’espace pour circuler est réduit, tout comme le choix dans les rayons d’ailleurs,
  • Tu rêves de te rendre dans un hypermarché en province juste pour avoir le plaisir de bénéficier d’une super promo sur les couches et passer fièrement en caisse  avec ton Giga Pack de 160 couches Pampers,
  • Suite à un déménagement, tu dois appeler les encombrants de la Ville de Paris pour qu’ils viennent chercher ton sommier qui n’est jamais passé dans ta cage d’escalier,
  • Tu n’as pas de voiture,
  • Tu paies toujours plein pot les frais de livraison (Ikéa, Darty, Conforama, Casa, Maison du Monde etc….) parce que c’est compliqué de prendre le métro avec un meuble TV,
  • Te rendre à l’aéroport pour partir en vacances ne nécessite aucune organisation particulière au préalable (si ce n’est de réserver un taxi)
  • Tu sors d’une pizzeria en province, tu crois qu’il y a une erreur dans l’addition tellement tu n’as pas payé cher.
  • Tu t’assois sur une chaise au Jardin des Tuileries après ton jogging matinal et que la vue est divinement belle,
  • Choper des places de concert ou de spectacles pour le soir même sur le Bon Coin et s’y rendre en quelques stations de métro,
  • Tu croises régulièrement Christian Morin quand tu vas bosser et qu’Ana Mouglalis et Josiane Balasko habitent à côté de chez toi,
  • C’est beau partout autour de toi et que ça tu ne t’en lasses pas,
  • Tu adores jouer au touriste et qu’en même temps tu es fier de ne pas en être un : TOI, tu le payes un peu de ta personne et surtout de ton porte-monnaie mais TOI tu habites là.

paris-jardin-palais-royal

Tu sais que tu habites en Province quand :

  • Tu croises forcément un visage connu  (que tu n’as pas envie de voir, forcément !) quand tu te ballades dans le centre-ville,
  • Toi et ton mari avez chacun votre voiture,
  • Les Galeries Lafayette de ta ville ne sont jamais pris d’assaut le week end ni pendant les soldes,
  • Aller acheter du carrelage pour refaire ta salle de bain ne représente pas un problème pour le ramener chez toi,
  • Tu commences ton boulot à 8h30 pétantes et que t’hallucines si je te dis que ma journée de travail ne démarre qu’à 9h30,
  • Organiser l’anniversaire de ton fils avec 10 copains n’est pas une torture acoustique, il y a de la place chez toi….Au pire tu feras en sorte qu’ils se donnent rdv au Laser Quest,
  • Ta fille veut faire du poney et que tu n’as pas besoin de l’emmener à 50 bornes de chez toi,
  • La nourrice te coûte 3e nets par jour de frais de garde (comptez plus de 7€ nets de l’heure pour une nounou à Paris),
  • Circuler en voiture dans ta ville n’est pas un souci, tu finis toujours pas trouver une place pour te garer sans nécessairement faire une crise de nerfs,
  • Tu habites une maison avec un petit jardin sans forcément avoir un crédit de 30 ans sur le dos.

Je me demande si je pourrais retourner vivre en province un jour ? Notre travail difficilement transposable en province nous inciterait à dire que non, au même titre que la peur de l’ennui et de passer à côté de quelque chose qui est à notre portée …..Mais Paris m’agace aussi autant que je l’aime, (vous me croyez si je vous dis que j’ai payé 7,50€ une batavia et 2 mangues tout à l’heure ?), alors qui sait si nous vieillirons à Paris ? L’avenir seulement….

Et vous, au-delà des crottes de chien et des embouteillages, pourriez vous fuir Paris pour la Province et vice et versa ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Share:
Previous Post Next Post

You may also like

3 Comments

  • Reply rue du tambour

    Superbe le post!

    9 avril 2013 at 11 h 42 min
  • Reply mybrouhaha

    ahahahaha merci pour ce post, je me retrouve tellement tellement dans ce que tu dis! J’ajouterai juste les problèmes de crèches, les brunchs le dimanche où il ne faut même pas espérer avoir une place, d’autant qu’on ne peut pas réserver, même choses dans « les petits restaus sympas qui montent », mais sinon tout y est! J’expérimente le problème de la porte cochère + poussette en ce moment grrrrr

    9 avril 2013 at 14 h 23 min
    • Reply admin

      tu vas voir on prend le coup de main rapidement….mais je grogne toujours…du coup à meme pas 6 mois mon fils était deja dans une poussette canne…!
      pour les brunchs, je ny pense meme pas…je passerai mon temps à courir après mon fils, ça serait pas joyeux !!
      quant aux créches, pffffff j’en ai fait mon deuil !:)
      bonne soirée
      aude

      10 avril 2013 at 22 h 51 min

    Leave a Reply