Follow:
Accueil, Ma life, Parentalité, Un peu de moi

La chance que j’ai

la-chance-que-jai

Hier, j’ai passé la journée seule avec toi. La 1ère d’une longue série puisque ce sera ainsi tout le mois de mars. Tu t’es réveillé à 10h30 (merci mon Chéri pour le plus beau cadeau que tu viens de faire à ta mère : une grasse mat’). J’ai ouvert la porte de ta chambre et comme à ton habitude tu étais debout dans ta turbulette  heureux comme un petit poussin qui vient de se réveiller. A la différence près que le petit poussin ne sourit pas, toi oui. Toujours. Tu sautilles aussi toujours d’impatience de me voir m’approcher de ton lit pour que je te prenne dans mes bras. En général, je fais durer un peu le plaisir en te parlant pour que tu souris encore plus. Puis je te prends dans mes bras pour un 1er câlin.

Tu as avalé ton bib en 2-2, j’ai allumé la musique et nous avons dansé sur Julien Doré dans le salon (promis la semaine je te fais écouter autre chose…). J’ai aperçu notre reflet dans le miroir, tu rigolais, je rigolais, il était bon ce moment. Il faut dire que j’étais aussi tellement contente de ne plus être confinée dans ma chambre et de ré-investir notre salon ensoleillé (pour mieux comprendre : la raison ici). Quelques minutes de pur bonheur dont j’ai su profiter (exploit pour moi qui suis toujours dans l’instant d’après…)

En t’observant hier, je me suis dit que tu grandissais beaucoup trop vite en ce moment. Dans presque 1 mois, tu auras 1 an. Depuis plusieurs jours, tes progrès s’accélèrent : tu commences à parler et à tenter de répeter Maaaaaman ou Paaaapaa, il y a de plus en plus d’échanges entre nous, hier soir tu as tendu un cube à ton père à travers les barreaux du parc, c’était mignon. Avec ton grand frère, tu es de plus en plus une canaille, tu connais le chemin par cœur pour te rendre dans sa chambre pour aller lui chiper SES jouets. La nouveauté de ce matin : tu essayes désormais de taper dans tes petites mains, c’est encore très maladroit mais ça va venir mon Chat, Julien Doré et moi, on va t’aider. Avec ton frère, nous te surnommons « Le cascadeur » quand tu tombes. Tes chutes ne me font pas peur, donc elles ne te font pas peur non plus, tu me regardes, je te dis que ça n’est pas grave puis tu te relèves sans pleurer. J’en suis super fière. J’ai hâte de te voir marcher seul dans l’appartement.

Il est possible que ce mois de mars en tête à tête m’offre le privilège de te voir faire tes premiers pas. J’ai eu la chance d’assister à ceux de ton frère en direct, il n’est pas concevable que je ne vois pas les tiens.

Hier, j’ai mesuré la chance que j’avais. La chance que j’avais d’être au 1ères loges et te voir grandir sans en perdre une miette. J’appréhende un peu ce mois de mars mais au fond quel luxe de passer ce temps précieux ensemble.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Share:
Previous Post Next Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply