Follow:
Accueil, Ma life, Parentalité, Un peu de moi

L’impasse

J’ai baissé les bras. Il faut l’admettre, nous sommes dans une impasse. Depuis bien trop longtemps d’ailleurs. Que s’est-il passé dans ta tête pour en arriver là ? Il serait désormais temps de digérer l’arrivée de ton petit frère tu sais, parce que Maman n’en peut plus là. Où se situe le problème Jules ? S’il te plaît, explique-nous. Pourquoi  n’es-tu jamais content de me voir arriver dans ta chambre au réveil le matin ? Pourquoi le soir ne m’autorises-tu pas à t’embrasser pour te souhaiter bonne nuit ? Pourquoi lorsque tu fais des cauchemars tu refuses que je te rassure ? Ne serait-ce que passer ma main dans tes cheveux m’est pas impossible….

Tout est compliqué avec toi, tout est toujours une affaire de négociation ou de chantage. Rien n’est jamais facile. Te demander de mettre ton pyjama, un gilet, peut prendre un temps fou. Je me demande comment ça se passe dans les autres familles.Ces familles où l’on ne crie pas, ces familles où les enfants écoutent leurs parents sans jamais négocier, ces familles où les enfants ne font pas de colère tous les jours, ces familles où le père n’est pas sur un piédestal, ces familles où tout est fluide.

Depuis plusieurs semaines, tu as décidé que tu ne m’invitais pas à ton anniversaire. Au début je te demandais pourquoi, tu me disais que tu n’invitais que Papa et 2 copains de ta classe, moi je suis invitée à celui de ton petit frère me réponds-tu. Désormais, face à cette énième provocation de ta part, je réponds que ça n’est pas grave et que moi je t’invite quand même au mien.

Je vois bien dans ta petite tête que le duo gagnant, celui qui a la côte, c’est ton père et toi et que Tom et moi sommes laissés de côté, enfin surtout moi (ton frère a au moins droit à des câlins et des bisous). En présence de ton père,  je suis transparente, je n’existe quasiment pas. Un verre de jus d’orange, un jouet cassé, une question, c’est lui que tu sollicites en premier. Quand tu te fais mal, tu cours vers lui pour être consolé, jamais vers moi, quand je te gronde et te punis, c’est lui encore que tu appelles.

Tu sais, Maman est forte, comme toi, j’ai la tête dure, alors j’encaisse tout ça en essayant de comprendre mais là je me sens désarmée. Et puis, ton petit frère aussi a le droit de profiter de son Papa sans qu’il ne soit toujours acaparé par toi. Nous tentons de te faire parler, nous avons essayé de privilégier le dialogue et les explications, de ne plus crier, mais le quotidien avec toi reste difficile. J’ai l’impression d’être constamment sur un fil, suspendue à ta moindre contrariété.

Hier, alors que je donnais le biberon à ton frère, tu as fait tomber ta voiture Playmobil. Tu t’es mis à pleurer en  disant que c’était de ma faute (ce qui n’est pas possible puisque j’étais à 2m de toi). En venant te voir pour t’expliquer que ce n’était pas grave tu m’as donné un coup de pied. Je t’ai mis au coin. Une crise venait de démarrer. Tu as alors appelé ton père en pleurant, je suis revenue te voir, à nouveau un coup de pied, je t’ai porté pour te mettre dans ta chambre, calmement. Le tout en prenant sur moi pour ne pas crier et pour ne pas te dire à quel point tu m’exaspères dans ces moments là, qu’un enfant de 3,5 ans ne fait pas la loi à la maison. A partir de là, je sais que la partie est perdue pour moi, je ne peux plus rien faire pour toi pour te faire redescendre en pression. Seul ton père détient ce pouvoir magique de te calmer.

Puis nous t’avons fait parler, nous avons insisté. Après des « je te parle après » et des « tu m’énerves » (destinés à moi bien sûr…) tu nous as dit que JE n’étais pas gentille. Puis quelques minutes après, tu as enfin accouché d’une « vraie raison » alors que je te demandais si tu étais jaloux de ton frère, tu as répondu oui. Je sais que voir ton frère constamment avec moi te dérange, alors je t’ai expliqué qu’il était petit, que je dois m’occuper de lui, qu’il va à la crèche, que non il n’est pas tout le temps avec moi. Ce à quoi tu m’as répondu « Moi aussi je veux être avec toi ». Je ne sais pas si tu l’as vu, mais  je t’ai alors regardé avec un profond désarroi, les larmes n’étaient pas loin. Comment te faire comprendre que je ne peux pas me couper en 2 ?  Que j’aimerais bien pourtant mais que physiquement c’est impossible. Je t’ai alors rappelé ce que nous avions fait tous les 2 récemment, comme notre promenade en bateau mouche.

Voilà dans quelle impasse nous sommes. Quelqu’un doit nous aider à casser notre insidieux schéma familial, nous sommes 4,  pas 2 duos. Dans quelques semaines nous irons voir ce « quelqu’un », je m’accroche à ce rendez-vous en tentant d’y voir un peu de lumière au bout de ce long et tortueux tunnel…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Share:
Previous Post Next Post

You may also like

6 Comments

  • Reply Agathe

    Ton article est super émouvant … A l’orée d’accueillir bébé 2 je me pose des questions sur l’équilibre familial… Arrives tu a lui montrer des photos et ou des vidéos de lui petit pour qu’il constate que vous étiez là avec lui ? Tu peux aussi lui dire que quand il était petit il vous avait pour lui tout seul contrairement à son frère et puis parfois casser sa carapace peut faire du bien … Si tu te mets à pleurer quand ca devient trop dur tu peux juste lui dire que tu fais de ton mieux , que tu n’es pas parfaite mais que tu essaies de faire leur bonheur et que son comportement te rend triste … Les enfants comprennent tout et parfois il suffit d’un électrochoc … Courage et donne nous des nouvelles !

    18 mai 2015 at 9 h 29 min
    • Reply audenozenfants

      merci pour ton commentaire ici Agathe, on a tenté pas mal de choses, bcp d’explications etc…désormais on ne sait plus trop quoi faire, arrêter d’être sur son dos ou pas (après tout il n’a que 3,5ans…), bref on est dans le flou artistique…nos concepts éducatifs ont volé en éclats à ce jour…;On verra bien pour la suite, à bientot pour de bonnes news !

      18 mai 2015 at 22 h 26 min
  • Reply Estelle

    Oh ma belle ton billet m’a mis les larmes…
    Ton désarroi face à ton grand doit être si difficile à vivre. Mais vous avez pris la bonne décision d aller voir ce quelqu’un et j’espère que tout va rentrer dans l ordre pour que vous puissiez retrouver une belle harmonie tous les 4 et que ton petit puisse mettre encore plus de mots sur sa colère envers toi.
    Je suis de tout coeur avec toi.
    Je t embrasse.

    18 mai 2015 at 9 h 52 min
  • Reply Sophie

    En lisant ton billet, j’ai eu les larmes aux yeux. Chez moi c’est pareil, mon fils de 2,5ans me rejette, me tape, hurle quand je ne vais pas dans son sens. Et son papa est son héros et moi j’assure l’intendance. Il est constamment entrain de me dire qu’il est en colère. Comment peut on être en colère à 2 ans et demi?
    Je pleure plusieurs fois par semaine, parce que je fais au mieux pour être une bonne maman. Et le pire c’est qu’il n’a ni frère ni sœur. Je pense aussi prendre rdv avec quelque un. Parce que nous sommes aussi dans une impasse qui devient de plus en plus insupportable….
    Bon courage
    Sophie

    18 mai 2015 at 10 h 48 min
  • Reply Emilie

    que cet article est difficile à lire…
    J espère que ce prochain rdv sera bénéfique et que vous pourrez y aller tous les 3 surtout car je pense que c’est primordial… Le problème ne vient pas que de toi, c’est un ensemble je pense…
    Ici évidement qu il y a des crises , des colères mais même si certains de mes enfants ont leur préférence ils n ont pas le choix et ne choisissent pas qui console, écoute ou autre… C’est comme ça …
    Pas évident non plus pour toi car souvent les garçons adorent leur maman et la c’est l inverse…
    J espère que la situation va s adoucir et pour que cela fonctionne avec le psy il faut que tout le monde y mette du sien et participe car seule c’est un combat trop difficile pour toi à combattre…
    Et arrête de culpabiliser tout ne vient pas de toi non mais!! Tu es une maman géniale!
    De tout cœur avec toi !!!

    19 mai 2015 at 18 h 56 min
  • Reply Mumpoulette

    Courage ce n’est pas un passage facile, j’ai connu la même chose ici avec mon fils au même âge que le tien, il a désormais 4,5 ans c’est mieux mais il y a encore des crises parfois. par contre chez nous c’est le contraire il ne demande que moi tout le temps. Là aussi un psy nous a beaucoup aidé il y a 1an alors loulou avait 3.5 ans en 7/8 séances ça allait beaucoup mieux. C’est pas facile de comprendre ce qui se passe dans leur petite tête. Et bravo pour les cris, moi j’ai vraiment du mal à me contenir. bises

    28 mai 2015 at 22 h 21 min
  • Leave a Reply